jeudi 20 janvier 2011

TEDx en France: les fleurs et le fleuriste

Vous êtes nombreux à me demander des précisions sur TED. Il faut reconnaître que puisqu'il s'agit d'un phénomène d'origine américaine (californienne en fait), on peut regretter qu'on y parle l'anglais (US) ... Plus d'excuses, déjà dans mon dernier billet, vous avez pu y trouver textes et vidéos en français. Voici une nouvelle vidéo sur le dernier événement TED en français (TEDxParis):
Ceci pour ceux qui se disent "c'est quoi ce truc ?". 
Il y a maintenant ceux qui m'encouragent à poursuivre mon action pour organiser à Metz cet événement, je les remercie et je les invite à me confirmer leur soutien. S'il ne le font pas, je les rappellerais !!! 
Et puis il y a certainement une troisième catégorie que je n'ai pas encore rencontrée. Par esprit de provocation, je vais cependant en parler car j'ai trouvé une critique de TED sur un blog. Je ne  donne pas ma source car je n'ai pas parlé avec l'auteur. Je dois dire d'ailleurs que sa critique est plutôt celle des français que celle de TED car, au final, il dit avoir apprécié la plupart des interventions. Voici ce qu'il dit:

"On disait autrefois (et on l’entend encore un peu) que les États-Unis ont environ dix ans d’avance sur la France. Dans la pratique, cette affirmation signifie que lorsqu’une mode, une technologie ou une loi a été lancée aux États-Unis, il faut dix ans pour qu’elle soit reproduite en France.
Pendant ces années, on commence par être dubitatif (ils sont fous ces ricains !), puis on débat intensément (jamais de ça chez nous !), et enfin, sans surprise, on adopte la mode autrefois honnie, et on le fait généralement sans profiter ni du débat qui a eu lieu ni de l’expérience vécue par ceux qui nous ont précédé, on se contente souvent de faire les choses un tout petit peu moins bien. D’abord blasés, dubitatifs, cyniques, nous finissons par abdiquer et par accepter avec une certaine mollesse les évolutions (progressistes ou régressives) déjà dépassées outre-Atlantique."

C'est vrai que chez TED, on n'est pas Nietzschéens, on ne déconstruit pas, on ne philosophe pas au marteau  et pourtant, on veut changer le monde en 18 minutes ! Alors, je me dis qu'en effet TED, vu de France, se prête aux critiques suivantes: trop ricain, pas assez intello, trop proche du Kapital ou du show biz, de trop bonnes intentions ou encore, en référence à Christian Salmon, "du storytelling dans toute sa splendeur" ... ça doit cacher quelque chose !

Et bien, pour avoir participé à un TEDx sur place, je pense comme les gens interviewés dans cette vidéo. On ne s'ennuie pas une seconde et on peut y comprendre qu'afin de changer le monde, il est peut-être bon de commencer par se changer un peu soi-même ! Et puis mon engagement personnel est de donner à notre TED une touche qui sera la nôtre. Je retiens ce qu'a dit Bernard Werber dans la vidéo: ce n'est pas le fleuriste qui a créé les fleurs mais de lui dépend la qualité du bouquet. Cela vaut pour TED, et si vous voulez m'en croire, cela vaut bien au delà ! Nous comptons sur votre soutien.

2 commentaires:

azonka a dit…

Comment ça, il y a des hommes et des femmes qui n'aiment pas les fleurs et les bouquets? Il faudra les initier à l'art ikébana pour leur faire comprendre le message et la poésie des fleurs.
C'est simplement une critique sur la forme, mais tout est très bien résumé dans cette vidéo: rythme, innovation, étonnement sont au rendez-vous. Une façon de se cultiver en se divertissant.

Didmax a dit…

Merci pour ce commentaire. Nos contemporains ne s'aiment peut-être plus eux-mêmes. TED est peut-être une forme d'Ikebana après-tout !