lundi 23 avril 2012

Quoi de neuf ce matin ?

Un petit billet d'humeur personnel qui souligne l'intérêt de poursuivre le développement de media complémentaires tout comme je parlais dernièrement de monnaies complémentaires.

Ce qu'il y a de neuf, ce sont les résultats du premier tour de nos élections présidentielles bien sûr ! Nos media traditionnels nous ont déjà renseignés sur le peu d'intérêt de cette campagne alors pourquoi  hier soir ces commentaires extasiés sur les "nouveautés" des résultats ?

Quoi de neuf alors ?

Je ne sais ce que vous avez aviez entendu de votre côté. J'avais entendu, depuis le début, Hollande n°1 et Sarkosy n°2 etc ... et tout le monde d'inviter les instituts de sondages pour dire que les élections seraient certainement une autre affaire. Suspense oblige. En fait, nos instituts de sondages faisant fort honnêtement leur travail, ils ont donné le duo de tête dans l'ordre. Pas si mal surtout si l'on se souvient que l'élection se jouera au second tour entre ces deux premiers-là  ... Rien de neuf donc. On savait déjà que Sarkosy avait perdu pas mal d'intentions de votes et serait deuxième.

Alors pour le reste, Marine Le Pen est là en 3 comme prévu, un peu plus haut peut-être ... Mélenchon avec 11% crée une petite surprise ... petite, car il est bien loin de ce que faisaient les communistes autrefois. Bayrou avec 9% est en dessous de ce qu'il aurait pu espérer et va cependant arbitrer (un tout petit peu) le jeu final comme prévu. Et, c'est vrai, Eva Joly n'a pas enrayé la décrue de l'écologie dans l'opinion ce qui est très dommage et peu surprenant. Rien de vraiment neuf donc. 

En cherchant un peu plus alors ...

C'est le petit journal de Canal qui trouve du neuf un peu autour. L'AFP a osé publier les estimations de 18h à 18h47. Une enquête a donc été ouverte conformément à la loi ... Quelle tartufferie ! Moi qui habite en zone frontalière cela ne me sert plus à rien: sans être abonné à aucun media professionnels j'avais les résultats de la RTBF et pas mal de twitts ...

Je crois que c'est la dernière fois que les TV et radios en France font semblant de respecter la consigne. Les cercles un peu élargis qui intègrent des liens internationaux ne vont plus accepter de se livrer à de telles farces à l'avenir. Même les juges, espérons-le, refuseront d'instruire de telles inepties.

Quelle leçon en tirer ?

La mondialisation est une réalité y compris dans nos présidentielles-rien-qu'à-nous. Quelques candidats ont bien choisi de développer un fond de commerce sur l'ultra-conservatisme et l'ignorance de tous bords d'une partie de l'électorat par ailleurs victime de la nouvelle donne économique et sociale. Il faudra cependant bien s'y résoudre: nous sommes en pleine mondialisation ! Comme disait Voltaire: "les français arrivent toujours à tout les derniers mais enfin, ils arrivent !". Nous constatons donc enfin ce que tout le monde sait déjà. La mondialisation se mêle de nos petites affaires. Ce serait donc cette révélation l'élément nouveau !

Il ne sert à rien de se ridiculiser à tempêter dans des meetings extérieurs (ou intérieurs), à entonner les refrains nostalgiques des rêves d'il y a trois ou quatre générations. Il est temps de se réveiller et d'agir sur les vrais sujets avant que nos élections ne soient plus qu'une sorte de tradition pittoresque.

Car ce qui est vrai de la forme l'est encore plus du fond. L'important, ce que les candidats n'ont pas vraiment abordé va bientôt s'imposer tout autant et beaucoup plus fortement: 
   Alors, cette dette, on la rembourse ou pas ? 
   Si oui comment ? Sinon comment ?
   Et quelle croissance voulons-nous après cela pour nous-mêmes, nos enfants et pour la planète ? 

Cela n'aurait-il pas fait un bon sujet d'élection ? Voyons ce que le deuxième tour dira.


4 commentaires:

jérôme a dit…

Je ne vois qu'un intérêt dans la situation actuelle de notre pays, la dette ne va plus pouvoir augmenter pendant longtemps. Pour le reste, il suffit de connaître les fondamentaux économiques du pays pour savoir que les problèmes sont devant nous et assez proches. Nous allons remplacer un président élu par des retraités et les possédants par un président élu par des fonctionnaires. La principale mesure de Hollande pour aider les entreprises (Sarkozy a d'ailleurs la même) c'est de créer une banque des entreprises "sur le modèle d'Oséo". En région Paca, Oséo (dont on nous rabat les oreilles) compte... 2 agences. Le Crédit agricole a lui tout seul en compte plus de 300... Cela en dit long sur l'amateurisme de ceux que nous allons élire qui n'ont jamais gagné leur croûte tous seuls. J'attends avec gourmandise de voir ce qu'ils feront dans la tempête. Et mieux vaut s'occuper soi-même de ses affaires. Malheureusement.

Didmax a dit…

J'ai un peu le même sentiment que vous. Pour autant, vous ne pouvez pas facilement vous extraire du problème. Il faudra bien trouver de nouvelles base de financement de l'appareil d'Etat, en outre l'Etat a son utilité;
Entre l'extrême aveuglement actuel et l'espoir à mon avis sans lendemain de ne pas être touchés par la vague, je propose d'apprendre à nager !

Colargol a dit…

La question à mon sens n'est pas de savoir si le chaos aura lieu mais quand il aura lieu. L'histoire de l'humanité est faite d'événements qui semblaient impossibles irréalistes à leurs contemporains. La donne est entrain de changer avec l'hyper réalité , la réalité augmentée ou diminuée d'on ne sait pas encore trop quoi. On peut néanmoins prévoir sans prendre trop de risques une accélération dans la constitution des masses critiques et de l'effet "réalisation des prévisions auto réalisatrices".

Les temporalités changent constamment. "Addo dum detraho", toutes choses égales par ailleurs comment allons nous le payer ? la proposition inverse pourrait ele être vraie ? j'ajoute quand je retranche , detraho dum addo ....
Quelle époque épique comme disait Fabienne Pascaud.
Une chose est sûre c'est que l'après chaos se prépare aujourd'hui et il y a de formidables raisons d'espérer.
Le pire n'est jamais certain et on n'est jamais à l'abri d'une bonne nouvelle. Une présidentielle c'est le rendez vous d'un homme avec un peuple , sa vision, ses convictions.
Si j'étais cynique je dirais comme Nietzsche , dans la recherche de la vérité il y a pire que le mensonge, ce sont les convictions. Nous sommes des convaincus mais nous aurons notre revanche ! comme disait Clémenceau ? je ne sais plus... Aidez moi !

Didmax a dit…

Bonjour ami-ours,

Cela faisait longtemps !

Je ne suis pas sûr de savoir m'aider moi-même alors ... Ce qu'il y a de certain c'est que nous sommes bien à une inflexion.

Le chaos ? Mais nous ne sommes plus qu'une infime partie de l'humanité qui ne le vit pas au quotidien. Si l'on se promène dans beaucoup de pays maintenant appelés émergents, on est frappé par le chaos, la précarité ... et la joie de vivre et l'espoir.

En effet, ça va bouger et le pire n'est pas forcément certain pour tout le monde. Par contre, la règle générale c'est le chaos, notre "ordre" tranquille récent n'est qu'une exception probablement temporaire.