mercredi 7 mars 2012

Argent-dette, partie 2 : les monnaies complémentaires

Bernard Lietaer
Nous allons parler ici de monnaies complémentaires capables d'améliorer le système global et le niveau de vie local. Quand l'argent se fait rare, comment éviter que la pauvreté ne gagne tellement de terrain que la Société et l'Etat finissent par se déliter invitant finalement les pires démagogues totalitaires à festoyer de leurs restes ?

Résilience monétaire :

Commençons par cette assez courte vidéo de Bernard Lietaer. Bernard est un économiste belge, ancien banquier central et également l'un des concepteurs d'ECU (l'euro avant l'heure), il est devenu trader puis enseignant-chercheur notamment à Berkeley, auteur et intervenant à TEDx, grand partisan des monnaies communautaires. En plus du long documentaire que je présentais dans mon dernier billet, il nous donne ici un argument systémique fondamental supplémentaire sur lequel j'ai déjà pas mal écrit, celui de la résilience (vidéo en français) :

Je suis bien heureux d’avoir trouvé cette petite vidéo en français. Ceux qui ont critiqué mon blog en soulignant, à juste titre, qu'il couvrait une trop grande diversité de sujets vont comprendre son intérêt. Je vous renvoie donc, pour intégrer le propos de B Lietard et comprendre la notion de résilience, à mes articles sur la résilience des écosystèmes, ici: 1, 2, 3.

La recherche fondamentale constate en effet que tous les systèmes complexes suivent les mêmes lois qu'il s'agisse de biomasse, de réseau social, de système d'information, d'épidémiologie ou de monnaie. Un système peut être très efficient, il sera alors très spécialisé et donc très vulnérable. Un système peut être très résilient, il sera divers et alors très robuste mais sûrement lent et maladroit. Un système sera durable seulement s'il peut maintenir à la fois des caractéristiques de spécialisation ET de diversité (encore cette fameuse règle du "ET" !). Tel est, rapidement dit, le soubassement de l'analyse de B. Lietaer pour la monnaie. L'euro comme les monnaies nationales sont trop concentrées, trop spécialisées; si nous voulons sauver notre économie, il va falloir inventer d'autres mécanismes monétaires: des monnaies COMPLEMENTAIRES capables de compenser, de jouer de façon contra-cyclique. Voici ici un bon résumé du livre de Bernard Lietaer: Au coeur de la monnaie : Systèmes monétaires, inconscient collectif, archétypes et tabous
.
 Fatigue:

Je suis fatigué d'entendre d'une part les propos d'élus souvent incompétents mais « heureusement » vite confortés dans leurs certitudes par les économistes appointés par les grandes banques, professionnels de la langue de coton (les Artus, Betbèze, Pastré, Lorenzi … du Cercle des Economistes par exemple avec lesquels s'est même fourvoyé mon excellent ancien professeur de l'ESCP, Dominique Roux). Ceux-là font leur possible pour nous tranquilliser car ils craignent la contagion, la rupture catastrophique pour les marchés. Ils continuent à justifier les mêmes potions amères pour temporiser le plus longtemps possible sur la ligne « néo-libérale » choisie par eux pour l'économie européenne et qui démontre ses limites avant la faillite désormais très probable…

ET, je suis également fatigué d'entendre les opposants systématiques, les professionnels de la langue de bois, les angoissés du PAF, les syndiqués sur commande qui ne représentent qu'eux-mêmes, les protégés de tous poils allaités au crypto-marxisme et arcboutés sur leurs privilèges statutaires cherchant à renverser la vapeur. Ceux-là voudraient revenir au protectionnisme de l'époque du Parti, de celle du Général et parfois même à celle du Roi… au moins à ces époques bénies, on savait contre qui l'on se battait !

C'est pourquoi j'aime bien cet autre belge. En disant « autre belge», je fais référence ici à mon "commentateur" Paul Jorion à qui je reproche non pas son constat morose mais son pessimisme déprimant qui l'empêche de passer du bilan dépressif à l'analyse intelligible de solutions possibles. Cet autre belge donc, a recherché et proposé des solutions alternatives véritables à la pensée économique duale stérile rappelée ci-dessus. Son livre est une bible, je retiendrai seulement quelques cas "inspirants".

Correction du 24 Mars 2012: Paul Jorion vient de lancer sur son blog une vaste consultation de ses lecteurs dans le but d'identifier les solutions possibles. C'est bien. Bonne chance à lui donc, j'approuve cette orientation qui contredit ce que j'écrivais ci-dessus, tant mieux.

Les monnaies communautaires alternatives :

Bernard Lietaer parle de monnaies communautaires alternatives permettant de remettre de la diversité dans un système structurellement trop spécialisé, trop "étroit". Quatre pôles seraient en cours de développement dans l'espace « euro ». De quoi s'agit-il ?

Mickael Linton
Vous avez sans doute entendu parler des Systèmes d'Echanges Locaux inventés en 1984 par Mickael Linton à Vancouver. A toute petite échelle, des individus sortent du troc pour échanger une heure de bricolage contre deux kilos de patates … Ca marche tant que cela ne se voit pas trop. Mais en 1997 en Ariège, une union syndicale d'artisans du bâtiment a attaqué le SEL local pour concurrence déloyale. 3 membres du SEL ont été condamnés pour l'exemple à 2000 Francs d'amende. Depuis, on cache les SEL sous le tapis. C'est tellement marginal …

Voire ? Et si les monnaies communautaires et autres système de crédits complémentaires solidaires devenaient par nécessité une alternative économique viable ? Et si une telle initiative remettait une ville en état ? Et si toute une économie nationale en était stabilisée en réunissant des milliers de PME ? Voyons cela.

Les stars oubliées du  W W W :

Silvio Gesell
Je voudrais vous donner trois exemples dont deux sont historiques et inspirés de Silvio Gesell et le troisième (dont parle Lietaer) est contemporain. Mais il en existe des centaines y compris en France. Je vous en donnerai un de plus pour la route qui ne commence pas par "W" mais qui est français.

W pour Wâra: Dès les années 20 à Schwanenkirchen en Bavière, fut créé le Wâra, monnaie locale inspirée par Silvio Gesell. C'était un Bon d’échange qui valait un mark mais perdait l% de sa valeur par mois, une monnaie dite "fondante" pour dissuader la thésaurisation et encourager la circulation rapide de la monnaie. Comme les commerçants préféraient perdre 1% par mois sur les Wâras plutôt que de voir leurs stocks s’accroître, les Wâras commencèrent à circuler en Allemagne. Au XIXième siècle Proud'hon et quelques autres avaient tenté de créer des communautés avec de nouvelles règles y compris monétaires. En ce début de XXième siècle germanique, l'expérimentation réussit en attendant que les abominations nazies et communistes ne se résolvent dans le sang. Le Chancelier Brüning interdit l’usage du Wâra le 30 octobre 1931 ! Je me demande ce qu'en aurait fait Hitler.

W pour Wörgl: Wörgl est une petit ville proprette à 50 km à l'Est d'Innsbruck au Tyrol. C'est là qu'était né Silvio Gesell, père des monnaies fondantes déjà citées. Un peu après l'expérience du Wâra, le maire socialiste nouvellement élu dans cette ville, un paysan du nom de Michael Unterguggenberger devint une personnalité mondialement connue entre 1932 et 1933. Il avait entendu parler des théories de Gesell et connaissait les résultats de l'expérience voisine du Wâra or sa commune était délabrée et comptait 60% de chômeurs. Refusant les dogmes nazi et stalinien, ce paysan était réellement attaché à l'intérêt de ses concitoyens. De nature pragmatique, il rassembla les dernières liquidités de sa commune pour gager une monnaie locale (ci-dessus) qui elle aussi perdrait 1% de sa valeur chaque mois. Il s'en servit pour payer les volontaires prêts à refaire les routes, rebâtir les édifices publics assurer les transports locaux qui à leur tour achetaient au marché et aux artisans locaux. En deux ans, les impôts rentraient en avance, la commune était refaite et attirait des entreprises "classiques" ! La presse mondiale et notamment l'Illustration en France s'en fit l'échos et bien sûr, les élus prirent peur et interdirent cette monnaie miraculeuse ! L'Anschluss et la guerre nous firent ensuite oublier ce succès; pas complètement d'ailleurs car des dizaines de villes aux USA utilisèrent ce système et les SEL en dérivent même si le côté "fondant" n'est pas souvent repris. Une expérience similaire a été tentée en 1933 à Nice et interdite par Laval. Une autre a vu le jour à Lignières en Berry en 1953 et a bien fonctionné avant d'être freinée par les autorités françaises.

Siège de la banque WIR à Bâle
W pour WIR: C'est vrai que de depuis quelques années, vous êtes habitués à ce que les W marchent par trois ! Voici le troisième, lancé à la même époque et sur les mêmes idées en Suisse romande. Silvio Gesell a fini sa vie dans ce pays. Fondé sur ce même principe de monnaie locale non convertible, le WIR n'est pas fondant et il a depuis longtemps passé le stade de curiosité locale qui amuse les bobos à queue de cheval ... La Banque WIR a créé une monnaie mais aussi un système de prêt et s'adresse aux PME. Plus de 60000 PME y adhèrent. On estime que cela représente le cinquième de l'économie Suisse qui participe à ce système différent. 1,7 MM de Francs suisse ont été échangés sous forme de WIR en 2011. Dans le pays de l'ex-secret bancaire, voici un secret sympathique qui avait aussi été bien gardé. Je reviendrai sur la Suisse dans mon prochain billet car c'est aussi le pays de la démocratie directe et ce dernier point va certainement être un point crucial des réformes politiques à engager pour qu'adviennent les réformes bancaires et financières nécessaires.


En quoi sommes-nous concernés ?

Sont concernés mes amis narquois aux bras croisés et au portefeuille bien fermé qui n'hésitent pas à me taxer au mieux "d'intellectuel", au pire de rêveur, voici tout de suite un lien vers le site de NEF qui à Lyon sous le label Finansol se propose de développer une sorte de WIR pour les TPE françaises en drainant une épargne solidaire ... J'aime bien cela car je crois surtout aux idées qui ouvrent sur la création d'activités et c'est le cas !

Nous sommes concernés comme l'a été Unterguggenberger ... si nous préférons agir que nous lamenter en attendant un homme providentiel casqué et botté ... Engagé comme je le suis dans une action de développement territorial, que j'aimerais donc qu'élus, fonctionnaires et chefs d'entreprises aient le courage d'essayer ce qu'a tenté il y a si longtemps ce simple paysan !

Nous sommes concernés parce que ces expériences ne sont pas toutes anecdotiques comme le montre le cas du WIR. Elles sont, pour des auteurs sérieux comme B. Lietar, l'un des pères de l'Euro, des solutions contra-cycliques, communautaires et complémentaires viables et nécessaires. Il faut en faire des piliers nouveaux auxquels ancrer l'économie des vrais gens, on verra bien comment évoluera alors la "grande finance". Il ne s'agit pas de substituer l'une pour l'autre, il s'agit de faire AVEC. Il s'agit aussi de ne pas oublier que l'hyper-présence d'internet va certainement rendre les monnaies locales "virtuellement" locales c'est-à-dire que les communautés pourront être ici ET partout ! Et n'oublions pas par la-dessus l'impact du Mobile Banking ...

Nous sommes concernés parce que nous allons bientôt élire un nouveau monarque républicain puis de nouveaux barons et qu'il va falloir batailler pour que nos nouveaux "représentants" ne saccagent pas dans l'oeuf par bêtise, par peur ou par intérêt, la "petite finance" des vrais gens comme l'ont fait avant eux les "démocrates" allemands et autrichiens dans les années trente. Ces vrais gens que nous sommes risquent fort avoir besoin de solutions nouvelles pour tenir le coup pendant qu'ils rembourseront les dettes accumulées par l'Etat auprès de la "grande finance".

Mon prochain article vous parlera de la nécessaire réforme démocratique qui doit accompagner cette micro-révolution discrète de la "nouvelle finance communautaire". A suivre donc ...

Quelques référence utiles:
les_monnaies_sociales_marie_fare.pdf (Objet application/pdf)  (article universitaire solide de cadrage)
TEDxBerlin - Bernard Lietaer - 11/30/09 - YouTube
Wörgl ou l’« argent fondant » - Wikisource (l'expérience de Wörgl en détail)
http://1001monnaies.com/wp-content/uploads/2011/03/lignieres-en-berry_10-12.pdf une expérience en France dans les années 50.
http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=1368 
http://www.alliance-sociale.org/spip.php?article39
http://sec.lorangebleue.org/
http://wiki.thetransitioner.org/Fran%C3%A7ais/Les_monnaies_libres/Les_monnaies_libres_en_quelques_mots
 Le 'wir', une drôle de monnaie septuagénaire - swissinfo
 Money as Debt : Animated Video by Paul Grignon, References Page
 Centre de ressources complémentaires Monnaie - ccGallery
The Terra TRC White Paper (2004)

3 commentaires:

jérôme a dit…

Vous vous attaquez à un sujet ardu: les outils de compensation monétaires utilisés dans les échanges seraient la cause des désordres actuels. Ce n'est pas faux dans le sens où la masse de capitaux en circulation (et qui augmente) est la proie d'intermédiaires parfois nuisibles. Mais si je me rappelle bien, les activités bancaires c'est un peu moins de 3% du PIB, jusqu'à 5% en Suisse. La masse d'argent est tout de même la propriété des particuliers et des entreprises qui en définissent eux-mêmes l'affectation. S'il y a nuisance des intermédiaires, c'est essentiellement je crois par la cupidité de l'homme et par la complaisance que cette cupidité provoque dans les milieux politiques. Puisque vous évoquez la Suisse, on aura remarqué très vite en 2009 des provisions monstre des banques Suisse et de leur part une correction très rapide des dysfonctionnements, enfin il me semble. C'est la régulation des marchés et des pratiques qui pêche plus que l'outil-monnaie, et si on s'en donne les moyens, on doit pouvoir corriger cela. La Suisse a corrigé, elle a même fini par alléger son secret fiscal vis à vis des USA et re-négocié les conventions fiscales avec l'Allemagne et le Royaume Uni. J'attends de voir la suite, mais je crois qu'ils ont bien réagi.
La monnaie telle que nous la connaissons existe tout de même depuis des siècles, Balzac parlait déjà des "livres de rente" de ses héros. Le seul point qui a vraiment évolué c'est la généralisation de l'argent comme valeur d'échange, un informaticien dans une SSII ne peut échanger son travail contre rien d'autre. Je vais suivre la suite de votre exposé, mais pour l'instant, je crois plus à la correction de dérives(correction qui n'est pas entamée en France et en Europe) qu'à la nécessité de penser d'autres outils.

Didmax a dit…

Bonjour Jérôme,

Content de votre retour ici. Comme vous l'avez compris, je ne suis pas expert de tout ce dont je parle dans le blog. Je partage ce que je découvre et je suis ravi de recevoir des commentaires charpentés.

Je pensais comme vous exactement. Dérives à corriger plutôt que problèmes structurants. Je rencontre actuellement des experts qui me convainquent du problème structurel. Non l'argent n'existe pas de toute éternité. 95% de la population française a vécu jusqu'au 19ieme siècle à 90% en dehors de l'argent tel que nous le connaissons et/ou dans des systèmes informels que nous rangerions aujourd'hui dans la catégorie des SELS (LETS en anglais). Inversement les monnaie' "fondantes" existaient au moins déjà lors de foires de Champagne.

Les candidats aux présidentielles se chamaillent sur des broutilles de communication mais vous aurez remarqué qu'ils ne se prononcent pas sur la dette qui continue à enfler.

Observez que la Grèce vient de faire aujourd'hui un pas majeur: moratoire privé accepté de 53% sur sa dette. Donc pas de crise supplémentaire.

En cas de dépression (très probable), des monnaies comme le WIR viendraient probablement à la rescousse des PME et des gens se trouvant en marge de l'accès au crédit.

Dans TEDxLaDéfense, nous donnerons des exemples actuels venant d'Amérique latine.

Merci à vous

Cdt

Didmax a dit…

Pardon , un complément: "la masse d'argent ..." est constituée (M2, M3) des crédits accordés par les banques ex-nihilo aux particuliers et aux entreprises (et ne parlons même pas des produits dérivés). En revanche l'intérêt très élevé qui leur est payé, lui, est le fruit du travail des acteurs économiques.

C'est ce phénomène "d'inflation" de la monnaie à partir de rien et de concentration en retour des intérêts dans le système bancaire et de rareté de la monnaie pour les plus faibles qui constitue le problème structurel en cours de dénouement.

Cdt