samedi 17 décembre 2011

Pierre Rabhi: tous acteurs du changement

Dans mes précédents billets sur la crise, j'exprimais ma réticence vis à vis des attitudes défaitistes affichées par certains sans démonstrations probantes du caractère inévitable de la catastrophe. Au contraire, je crois que nous avons le choix et que nous avons les moyens d'agir. En voici un exemple.

Pierre Rabhi que je vous présente aujourd'hui est un philosophe, écologiste de la première heure qui s'est installé en Ardèche dans une petite ferme où il a développé un savoir-faire cultural (et culturel) respectueux de la nature à l'époque où personne ne s'en préoccupait. Il a ensuite formé et accompagné des ONG, des Etats du tiers monde ou d'ailleurs et il a développé son concept de frugalité heureuse.

Quand certains disent que nous vivons dans un système qui est allé au bout de sa logique et qui est donc mort, ils ne voient pas que ce même système a permis à des hommes comme Pierre Rabhi de prendre leurs distances et de faire, eux, des propositions d'action ! En effet, l'un des arguments des apôtres de la nouvelle apocalypse consiste à affirmer que notre système capitaliste injuste (il l'est) tend à s'autodétruire en concentrant toujours plus de richesses dans les mains de ceux qui n'en font rien et qu'il a toujours repoussé l'échéance en colonisant d'autres nations et en épuisant les ressources de la planète. Ce triste constat ne démontre pourtant pas qu'aucune autre voie ne serait possible, ni que l'Humain ne peut l'emprunter !

Des hommes à la conscience plus large comme Pierre Rabhi nous montrent que ce n'est peut être pas une question lié à tel ou tel "-isme" et encore moins une affaire de telle ou telle école ou courant de la pensée économique mais une règle universelle. Si le paysan n'y prend pas garde: produire épuise son sol ! Pour le régénérer, il faut observer les cycles naturels et enrichir le sol. Pour prendre soin de notre société désormais mondialisée et de notre économie désormais ultra-complexe, il convient de traiter nos affaires avec humilité et les hommes avec bienveillance ...


Pierre Rabhi, en paysan et en homme avisé, sait qu'avant de récolter, il faut semer. Et quand d'autres poussent à tout brûler, lui, il a semé. Il a semé deux plantes. D'abord celle de l'agro-écologie pour nourrir les hommes sans épuiser la terre. Ensuite, avec ses nombreuses ONG et actions mobilisatrices, il a semé la solidarité et la culture de la responsabilité.

Il vient de publier un petit ouvrage: "Eloge de la créativité de la société civile" pour présenter la candidature de son mouvement Colibris à la Présidence de la République avec une originalité. Il s'agit que nous soyons tous candidats pour devenir tous acteurs des solutions à mettre en place et ... arrêter de gémir devant les problèmes que nos gouvernants tardent à poser quand ils sont évidents et tardent à résoudre quand ils ont enfin été posés.

Voici les quatre principes avancés dans ce petit ouvrage qui m'ont donné envie de m'en faire l'écho:

1) pour motiver un vaste mouvement de société, nous avons besoin de construire une vision positive,
2) la transformation de la société se fera par le bas (élus, entrepreneurs, citoyens ...),
3) la transformation débutera là où les gens pourront agir eux-mêmes,
4) le problème vient moins d'un déficit de solutions que d'un déficit de coopération !

En quoi sommes-nous concernés ?
N'est-ce pas seulement un écolo de plus ? Son message est certes écolo mais raisonné et humain. Face aux incertitudes et aux difficultés que nous rencontrons, il reste optimiste car le chantier qui s'ouvre à nous est prometteur. Nous devons travailler à réinventer un mode productif respectueux de la terre et des relations entre les hommes. Dans cette voie, s'inventeront de surcroît et non préalablement une nouvelle morale, une nouvelle société et une nouvelle  sorte  de croissance économique. C'est parce que nous prenons le problème à l'envers que nous n'y arrivons pas, que notre monde est désenchanté et que nous sommes si déprimés !

5 commentaires:

Hanashi a dit…

Un message riche dans la bouche d'un orateur élégant...

jérôme a dit…

Oui, enfin, il faut quand même de la patience pour écouter ce discours riche mais monocorde. Je me disais en écoutant M. Rabhi qu'on peut avoir raison et en même temps barber les gens. On peut avoir raison et ne pas respirer la vie. Je peux me tromper mais sans fun, sans rythme, à quoi bon ? 40% des français peuvent accepter le fond de ce discours mais seulement 1% s'y reconnaître. Sur ces principes, on peut ne pas cesser de se ratatiner...

Didmax a dit…

Merci de ce regard sans concession ...

Pierre Rabhi est vieux, c'est un sage. Apparemment l'équipe de TED n'a pas pu le coacher ... Mais après tout le message est passé. Une partie de mes critiques à Paul Jorion rejoignent d'ailleurs votre point de vue.

Au delà de l'anecdote, il nous faut aujourd'hui promouvoir une parole qui porte témoignage d'un contenu et d'un vécu ET qui puisse inspirer l'action pour une dynamique et un charisme personnel.

marcheuse a dit…

Merci de nous parler du père Rabhi, rejoignons Colibris !
C'est fun et c'est une espérance. Joyeux Noël !

Didmax a dit…

Bonjour Marcheuse,

Je t'ai reconnue ... Merci pour ton commentaire, c'est gentil.

En attendant, excellentes fêtes à toi et à tes proches.