dimanche 28 août 2011

Ecologie: retour aux cavernes ou réalisme technologique ?

De retour de vacances et de voyage surtout en France, je vous propose de regarder cette petite vidéo sur un projet futuriste de paquebot car je voudrais partager avec vous quelques interrogations sur ce que l'on appelle "Ecologie". Mon sujet sera, comme souvent, le raisonnement humain. Mes prétextes ici seront les problèmes environnementaux et la technologie. Voici donc Eoseas comme mise en bouche:

Pourquoi ce petit film ?
D'abord parce que mes vacances m'ont ramené du côté de Saint Nazaire, région où j'ai découvert la voile, et lieu où l'on a construit le France, les plus grands pétroliers du monde puis le Queen Mary II sous le nom de "Chantiers de l'Atlantique", entreprise où sévissait mon propre père il y a 40 ans (rachetée par le coréen STX depuis) ... Du vécu personnel donc comme toujours.

Ensuite, je vous ai parlé déjà d'un bateau qui prévoit de faire le tour du monde propulsé par l'énergie solaire. Le skipper m'a d'ailleurs très gentiment appelé pour me remercier et a accepté de venir nous en parler à TEDxMetz.

Enfin parce que je vous ai aussi parlé de Serge Latouche et de gens qui intelligemment nous disent qu'il va nous falloir changer de modèle ...

Alors ce petit film est une provocation. J'aimerais bien qu'il devienne réalité et que le "Progrès" nous le permette. Je crois de plus en plus qu'il faudra pourtant abandonner certains rêves. Mais bon sang, je suis heureux de voir que l'on rêve toujours ! Et je dédie ce film à certains de mes amis écologistes sincères et personnes respectables ayant mis leurs convictions en ligne avec leur propre vie mais qui m'agacent lorsqu'ils sanctionnent d'avance toute idée technologique, toute innovation ...

En quoi ceci nous concerne-t-il ?
Certains me disent: "cet avion ne volera jamais, ce bateau n'emportera jamais de passagers, cette voiture électrique est un non-sens nucléaire". Alors bien sûr, quel est le coût écologique de toutes ces expériences, va-t-on refaire les mêmes erreurs avec les technologies vertes comme le solaire qu'avec le nucléaire car ce sont des échecs du point de vue environnemental ?

Ce sont de vraies questions ET en même temps, j'ai très peur qu'après un siècle de foi aveugle en le Progrès, on tombe dans l'excès inverse et qu'on revienne à des réflexes frileux et dépressifs sous couvert de "bien-pensance" écologique.

Tout ceci nous concerne car, je vous livre ma conviction, pour résoudre les problèmes économiques, sociaux et écologiques qui nous assaillent, il nous faudra accepter de réaligner notre consommation sur nos vrais besoins tout en investissant massivement sur de nouvelles technologies. Comme toujours, il y aura des essais et des erreurs mais le choix n'est pas ici entre foncer aveuglément vers la High Tech et revenir aux cavernes (voir les polémiques sur le climat avec C. Allègre), il n'y a pas de choix d'ailleurs et ceux qui raisonnent ainsi de façon arbitrairement binaire m'exaspèrent car nous risquons de lâcher la proie de solutions applicables pour l'ombre du débat polémique.

Nous devons à la fois parier sur les innovations technologiques ET remettre en cause notre modèle de croissance !

2 commentaires:

jérôme a dit…

Oui, il faut se méfier de la "bien-pensance écologique". Pour autant, j'ai vu cet été débarquer 10 000 personnes de deux paquebots à Dubrovnik et envahir la ville. Peut-être devrions nous plutôt nous interroger sur l'accumulation de moyens dans le seul but de simples divertissements. Voir les employés philippins ou Pakistanais en train d'astiquer les bateaux pendant que des touristes obèses arpentent des lieux magiques dans l'indifférence rajoute au décors. Pour moi, le progrès est dans la profondeur, la recherche de sens et loin des marchands du temple. Les amener là-bas avec un bateau à vent au lieu d'un bateau à moteur apportera quoi ? D'autant qu'il faudra bien les transporter aussi quand le vent sera contraire ou nul (on ne navigue pas toujours vers St Nazaire). Je ne veux pas donner l'impression de cracher toujours dans la soupe, mais qui pose ces problèmes aujourd'hui ? Le scientisme, dont le meilleur représentant en France est Claude Allègre, nous mène où ? La France (comme l'Italie ou l'Espagne) a dépensé des milliards d'€ pour subventionner l'importation de panneaux solaires et finalement ne même pas structurer une filière. Le "raisonnement humain" c'est de ne jamais s'intérroger sur les finalités.

Didmax a dit…

Merci pour ce bon commentaire.
Votre remarque montre au contraire que l'on s'interroge sur les finalités ... Les "ismes" ne nous mènent nulle part car ce sont aussi des divertissements de nantis.

La France n'est pas non plus la référence ultime, des choses se passent ailleurs aussi ... et les cellules photo-voltaïques une simple étape ...
Ce bateau, je l'ai dit, est une provocation. Mais c'est aussi un rêve.
Nos contemporains ne sont pas encore mûrs pour revenir à l'ascétisme du véritable Epicure (à commencer par ceux que vous voyez astiquer les bateaux et qui n'ont pas encore goûté à la société de consommation), il faudra donc sûrement une dose de Progrès scientifique et technique en plus d'une bonne dose de bon sens pour retrouver une planète vivable.

Sinon quoi ? Mais rien de nouveau, l'adaptation se fera simplement plus durement c'est-à-dire surtout au détriment par des plus vulnérables !

Au fait, comment avez-vous fait le voyage de Dubrovnik ?

Je ne crois pas que vous crachiez dans la soupe. Vous vivez comme nous une chose et vous pensez que cette chose est néfaste à long terme tout en bénéficiant de ses bienfaits à court terme.

Le processus d'ajustement des termes est en route. Il peut être amorti ou brutal, conscient ou subi. Les dès sont jetés mais ils roulent encore sur le tapis !